Passion Vin

Accord mets/vins : Que boire avec… la pĂŞche?

Originaire de Chine, la pĂŞche aurait Ă©tĂ© introduite en Europe par Alexandre le Grand. De la mi-juin Ă  la fin de septembre, les variĂ©tĂ©s se succèdent sur nos marchĂ©s: grosse jaune plutĂ´t sucrĂ©e et assez robuste, ou petite blanche plutĂ´t parfumĂ©e mais beaucoup plus fragile. Sa richesse aromatique, d’autant plus Ă©lĂ©gante qu’elle est Ă  bonne maturitĂ©, lui permet presque toutes les audaces : nature, cuisinĂ©e ou accommodĂ©e en dessert sucrĂ©. Encore un “truc”: sauf Ă  croquer dans la pĂŞche sous l’arbre lui-mĂŞme ou en revenant du marchĂ©, le fruit se consomme de prĂ©fĂ©rence pelĂ©. Ce qui n’est pas très compliquĂ©: il suffit de le plonger 30 secondes dans une eau quasi bouillante, puis de le passer sous le robinet ; la peau se dĂ©tache alors d’elle-mĂŞme (valable aussi avec les tomates, autre produit d’étĂ©). Pour une dĂ©gustation “nature”, ou pochĂ©e dans un vin blanc aux Ă©pices, je vois bien un pinot gris alsacien de type vendanges tardives, très dense et parfumĂ©. Le Domaine Christian et VĂ©ronique Hebinger sera ici parfaitement Ă  sa place, avec son nez fruitĂ© et Ă©picĂ© qui Ă©voque le raisin sec de Corinthe et le miel d’acacia, la rĂ©glisse et le coing. La bouche, très Ă©lĂ©gante et Ă©quilibrĂ©e, s’exprime Ă  la fois par la puissance et l’onctuositĂ©.

Si le fruit est présenté en salade additionnée de menthe fraîche – mariage très raffiné – je préférerai un jurançon de même type, et très jeune lui aussi pour privilégier fraîcheur et fruité. Il existe sur cette terre de Béarn un vignoble à la destinée extraordinaire. Devenue veuve en 1987, Yvonne Hégoburu, alors âgée de 60 ans, décide en hommage à son mari défunt de faire du petit vignoble familial (6,5 ha) le premier de son appellation. Arrachage, replantation de cépages locaux, restructuration, adoption d’emblée de la viticulture bio, puis de la biodynamie, elle tient son pari en deux décennies ! Aujourd’hui, sa cuvée Kattalin est reconnue comme l’un des plus grands moelleux de France, et donc du monde. Le nez est incroyablement riche et complexe avec des notes de fruits jaunes, d’agrumes confits, de fruits exotiques, d’ananas. En bouche, une fantastique pureté, avec de la fraîcheur, de l’onctuosité, et une petite note acidulée qui vient réveiller le rêve. Un très beau vin, auquel il faudra des pêches parfaites.

Préparé en dessert plus ou moins pâtissier, tarte par exemple, le mariage demandera plus de nuances car la construction de saveurs se complique. Là, j’irai plutôt vers un vin de Loire à base de chenin blanc, un coteaux-de-l’aubance du Château Princé : sa douceur n’est jamais doucereuse, et il possède assez de souplesse pour résister sans s’opposer

MA SÉLECTION





Lire l’article sur le site source

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *