Divers

Vin : le cercle des dégustatrices


DĂ©gustation. carmen mitrotta pour Le Monde

Pour une fois, le vin a un coup d’avance. Je dis pour une fois, parce que le vin prend son temps d’habitude. La vigne a cet étrange pouvoir d’étirer les horloges, de ralentir l’écoulement du sablier. On plante pour le demi-siècle à venir, on vinifie un raisin qui pourra passer plusieurs décennies en bouteille. On reproduit des pratiques traditionnelles qui appartiennent au terroir et ne sont pas près de changer. Le vin n’est pas connecté au temps court, aux remous de l’actualité. Et c’est très bien comme ça.

La contrepartie logique est que le milieu viticole est souvent lent à évoluer. En tout cas rarement pionnier dans les changements de mentalités. Et pourtant. Les femmes du vin n’ont pas attendu #metoo pour s’émanciper. La prédominance masculine, historique et numérique dans le vin, se dilue. Les écoles de sommellerie et d’œnologie affichent désormais la parité entre les sexes. Et si l’homme reste majoritaire chez les amateurs, son poids est contre-balancé par une sororité aussi active que compacte.

Amatrices éclairées

Pas besoin d’être Sherlock Holmes pour trouver un cercle ­réservé aux femmes. Le Club du vin au féminin, au Touquet (Pas-de-Calais), qui a déjà 30 ans. Ellesvino, à Neuilly (Hauts-de-Seine). Delectabulles, à Paris, autour du champagne. Pour la dernière semaine de février, celui-ci proposait une masterclass, un atelier fromages-champagnes et une activité yoga-champagne. Mais le slogan du club est clair : « Par des femmes. Pour des femmes ». Et l’explication l’est tout autant : « Delectabulles soutient les femmes dans une industrie dominée par les hommes. En utilisant seulement des vins effervescents faits par des femmes (…), en donnant aux femmes les outils et la confiance dont elles ont besoin pour acheter des vins effervescents partout dans le monde. »

Même s’ils ne sont pas toujours aussi féministes, les clubs de dégustation féminins avancent des arguments similaires. Les femmes ne s’expriment pas comme les hommes quand elles goûtent du vin, et sont moins intimidées, plus spontanées quand elles goûtent entre ­elles. D’ailleurs, selon le baromètre 2018 commandé par l’agence SOWINE, 65 % des femmes interrogées se sont déclarées néophytes sur le sujet, contre moins de 40 % pour les hommes. Consolation, la part des « amatrices éclairées » est passée de 25 % en 2011 à 34 %.

DiVINes d’Alsace et Fa’bulleuses du Languedoc

La liste des événements unisexe est longue, et diversifiée. Le blog vin girly Le Rouge aux lèvres organise des soirées dégustations 100 % féminines, tout comme Le Vin des femmes et ses ateliers « Women only ». Il existe des dégustations plus professionnelles, qui aboutissent à des médailles qui fleurissent les bouteilles. Attribuées, par exemple par le concours Femmes et vins de France. Ou le ­Concours mondial des Féminalise qui a totalisé, pour la 13e édition en 2019, 4 541 vins goûtés et 510 dégustatrices.

Il vous reste 35.67% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire l’article sur le site source

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *